Portraits

Vanlifers #15 : Van Life Goes On, vanlifers à temps plein en camping-car vintage

vanlifers à plein temps

Ce mois-ci on vous fait découvrir un couple qui a décidé de vivre à l’année dans un joli camping-car vintage répondant au doux nom de Tartine ! Voici donc Chloé & Gürkan, vanlifers à plein temps, alias Van Life Goes On !

L’équipage de Van Life Goes On

Présentez-vous en quelques mots !

Hello Camp’Us, nous c’est Chloé (25 ans) & Gürkan (29 ans), le couple franco-turc derrière @vanlifegoeson.

On vit, voyage et travaille dans « Tartine », notre Mercedes Hymer de 1985 depuis plus d’un an. La vie en van nous permet de concilier notre soif d’aventure (à nous les sessions de surf et les randonnées), notre engagement écologique (fini les vols aux 4 coins du monde) et notre vie de freelance sur les routes (un vrai bureau sur roues). 

– Comment vous êtes-vous rencontrés et que faisiez-vous avant votre rencontre ?

On s’est rencontrés au Mexique au cours de l’été 2016, nous étions des « backpackers » à cette époque. Gürkan, qui est stambouliote, venait de débuter un nouveau périple : rejoindre la Patagonie depuis Cuba en stop. De mon côté, j’étais au Mexique pour 6 semaines avec une amie. On s’est rencontrés dans un hostel à San Cristobal de la Casas. De passage pour 3 nuits de mon côté, bénévole pour quelques semaines pour Gürkan, on a commencé à discuter lors d’une soirée pizza. Déjà végétarienne à l’époque, j’étais venue voir Gürkan pour ne pas avoir de viande sur ma pizza. Deux semaines plus tard, mon amie rentrait en France une semaine avant moi et Gürkan finissait son bénévolat : l’occasion rêvée de se retrouver… sauf que moi j’étais déjà à Tulum depuis. Résultat : 3 jours de stop pour Gürkan et 13 h de bus dans l’autre sens pour moi afin de se retrouver à Campeche pendant une semaine. Voici une petite carte pour y voir plus clair :

Quelques semaines plus tard, on s’est retrouvés à Istanbul pendant une semaine en novembre 2016 avant qu’il vienne vivre en France. 

– Comment vous définiriez-vous comme voyageurs ?

Nous sommes des voyageurs responsables : c’est désormais notre engagement écologique qui rythme notre quotidien. 

Il y a deux ans, on rêvait de tour du monde en avion pour « faire » un maximum de pays et cocher notre bucket list avant de revenir à la case départ… Puis nous avons découvert la vie en van, nous permettant ainsi de renouer avec des destinations plus locales. 
Nous avons fait le choix de nous réapproprier notre temps pour ne plus avoir à sauter dans des avions 10 fois par an pour voyager et nous avons cheminé vers un mode de vie plus minimaliste : moins de déchets, moins de gaspillage, moins de neuf, moins d’achats futiles… Finalement toutes ces choses en moins nous permettent de s’épanouir sur les routes aujourd’hui.

– Quel est votre leitmotiv, votre philosophie de vie ?

Notre philosophie de vie ? « No plan is the best plan »
Nous sommes convaincus que les plus belles aventures sont celles que l’on ne planifie pas, alors même si on voyage en van, on s’attache à voyager doucement et à accueillir chaque expérience. De toute façon, nous n’avons pas de date de retour donc à quoi bon courir ?

Vanlifers à temps plein

– Votre premier pas dans la vanlife c’est en 2018 avec l’achat d’un Volkswagen T4 que vous renommez Campeche. Quel a été le déclic pour vous lancer dans le voyage en van ?

Notre déclic ? Les sports de glisse ! À l’automne 2017, on partait surfer en Vendée les week-ends en prenant des covoiturages et en louant des Airbnb sur place. On passait clairement plus de temps à organiser notre week-end qu’à profiter des vagues. Et puis on a rencontré un couple breton qui voyageait en van sur Bretignolles-sur-Mer, et ça a commencé à nous donner des idées. Puis après Noël, nous sommes partis 3 semaines en Autriche pour profiter des pistes enneigées. Nous restions chez un ami rencontré au Mexique, Mario, qui venait juste d’acheter son VW T4 rouge qu’il était en train d’aménager. Une fois de retour en France fin janvier, on a commencé à regarder les petites annonces. 

– Comment s’est orienté votre choix vers un Volkswagen T4 ?

Sans trop se poser de questions, on cherchait exclusivement un van VW mais les T2 ou T3 étaient hors budget (tout comme les modèles plus récents à vrai dire) donc on a jeté notre dévolu sur un T4. On l’a acheté en février 2018 et on a fait l’erreur du débutant : acheter le premier véhicule que l’on a essayé sans prendre le temps de comparer avec d’autres véhicules.

– Vous vous lancez dans un aménagement en un week-end, sans expérience dans la vanconversion. Alors comment cela s’est-il passé ?

Rien qu’en y repensant on en rigole encore : on ne connaissait rien à la vanlife à cette époque, d’ailleurs @vanlifegoeson n’existait pas encore, et on avait aucune expérience en bricolage (sauf si monter des meubles Ikéa ça compte ?). Alors sans grande surprise, nous n’avons pas fini en un week-end… Pourtant nous partions sur un aménagement assez sommaire : un lit et quelques rangements. Pour la cuisine et la douche, ça se passait dehors. On a souhaité conserver la banquette arrière pour emmener des co-voitureurs ou des amis avec nous, nous avions uniquement supprimer un siège pour pouvoir glisser nos planches à l’intérieur (et donc passer sous les 1,90 m).

– Vous avez notamment rencontré plusieurs fails avec ce premier van non ? (cf la boite à fails de Pétrin Express)

Effectivement, on a eu quelques péripéties avec l’aménagement du T4… on les relate dans cet article de Pétrin Express mais s’il ne fallait en retenir qu’un c’est bien celui du lit. Nous avions utilisé des vis à placo et non pas des vis à bois. Résultat ? Notre lit s’est écroulé sous notre poids lors de notre première escapade en Normandie. On l’a donc refait en rentrant avant de prendre la route pour l’Espagne et le Portugal.

Achat de Tartine et lancement dans la vie nomade

– 2e pas franchi en 2019 avec l’achat d’un camping-car Hymer de 1985 au doux nom de Tartine. Comment s’est passé ce 2e achat et qu’est-ce qui vous a dirigé vers un Hymer ?

camping-car aménagé

Après notre premier roadtrip de 6 semaines avec le T4, on n’avait pas du tout envie de retourner au métro-boulot-dodo alors l’idée de devenir vanlifers à plein temps (comme les nombreux équipages rencontrés pendant notre voyage) a fait son chemin. Comme de nombreux voyageurs, on cherchait un fourgon VW ou Mercedes à aménager, on avait même commencé à faire nos plans et listes d’achats… et puis on est tombés sur Tartine. On a eu un coup de cœur pour son côté vintage, elle était en très bon état avec peu de km (environ 116 000 km) étant donné qu’elle dormait dans un camping pendant 17 ans, elle était dans notre budget (on l’a acheté 10 000 euros). Et surtout il y avait peu de travaux à faire donc on pouvait emménager rapidement et mettre notre temps à profit pour développer notre activité de freelance.

– Et pour cet aménagement comment ça s’est passé ?!

Disons que la rénovation s’est faite au fil de l’eau depuis notre achat en avril 2019. L’urgence pour nous a été d’installer l’électricité et de restaurer la salle de bain (pour remplacer les toilettes chimiques par des toilettes sèches notamment) avant d’emménager, puis nous avons continué les travaux tout en vivant dedans. L’été dernier nous avons fabriqué des barres de toit pour installer nos planches et retiré la climatisation pour installer un lanterneau, nous avons changé la table et les plans de travail à noël… On profite généralement d’un passage chez mes parents en Lorraine pour améliorer un peu plus notre van. Et ce n’est pas fini… On est actuellement en train de repeindre intégralement Tartine pendant notre confinement en Bretagne. Vous pouvez suivre les travaux sur notre compte instagram @vanlifegoeson.

– Vous êtes donc passés de voyageurs en van le week-end et pendant les vacances à vanlifers à plein temps. Quel a été le déclic de ce changement de vie et qu’avez-vous quitté pour vous lancer dans cette aventure ?

Il n’y a pas eu de gros déclic : ce choix a été mûrement réfléchi et préparé. En 2019, nous avons quitté nos jobs pour entreprendre et ainsi créer notre studio créatif. Cette fois, on ne voulait plus voyager sur nos économies pour ensuite être contraints de revenir à une vie sédentaire : on a souhaité vivre et travailler sur les routes !
Au-delà de l’aspect pratique et vie quotidienne, la vie en van correspond en tout point à nos valeurs : une vie de mouvement et d’aventure, mais aussi une vie plus simple et plus responsable.

– Administrativement comment on passe vanlifers à plein temps ?

On retourne chez ses parents, du moins sur le papier ! C’est beaucoup de paperasse à gérer, mais c’est tellement gratifiant de résilier toutes ces factures et/ou abonnements. On a divisé nos dépenses par 3 depuis que l’on a quitté Paris et pourtant notre qualité de vie est résolument meilleure !

– La vanlife a la cote sur les réseaux sociaux. Accros des réseaux sociaux ? Trouvez-vous qu’il y a une vraie communauté de vanlifers ?

La #vanlife a la cote oui, mais le van en tant que tel (ou le camping-car / fourgon) n’est pas une fin en soi mais bien un moyen d’accéder à cette liberté… Et c’est ce besoin universel de sortir hors des sentiers battus qui transparait, selon nous, sur les réseaux. Même si on l’a découvert assez tardivement, il existe une vraie communauté de vanlifers, que ce soit en France, ou à l’étranger… Et on a fait de superbes rencontres grâce à Instagram, mais c’est certain qu’on y passe pas mal de temps aussi. 

Mode de vie vanlifers à temps plein

guide du fulltimers vanlifers

– Vous vous définissez comme des voyageurs responsables et engagés et vous travaillez notamment avec des marques engagées, des ONG…
Au quotidien, que faites-vous ? Parlez-nous de votre Slow Road Studio !

L’année dernière, nous avons fait le choix d’unir nos compétences respectives pour créer Slow Road Studio (https://www.slowroadstudio.com/) avec pour mission de créer du contenu pour les projets engagés : vidéo, photo, design & copywriting. Il faut savoir qu’on adorait nos métiers, mais pas la façon dont les exerçaient… Alors être freelance nous permet de continuer à faire ce qu’on aime tout en voyageant.

Slow Road Studio, c’est aussi des ressources pour les nomades qui souhaiteraient à leur tour se lancer dans cette aventure entrepreneuriale. On a récemment créé un ebook gratuit de plus de 25 pages « Travailler sur les routes en freelance : le guide pour se lancer », on a lancé une newsletter mensuelle pour partager nos réflexions, nos projets et nos astuces ainsi qu’une série d’interview #workontheroad avec d’autres freelances nomades, et enfin on a lancé un blog sur lequel on publie un article par semaine à ce sujet. 

– Comment s’organise votre quotidien de travailleurs nomades et comment s’organise vos voyages ? (comment choisissez-vous vos destinations)

Nous n’avons pas de routine type : on s’adapte en permanence en fonction de notre charge de travail et de la météo. On travaille généralement 5 heures par jour du lundi au dimanche, réparties sur la journée (on s’adapte à nos clients, qui ne sont pas tous en France). On apprécie se lever assez tôt (vers 6h30/7h00), puis on va travailler jusqu’à 12h30 avant de déjeuner puis de vaquer à nos occupations (visite, balade en vélo, surf ou autres) le reste de la journée. Quant à nos destinations, pour le moment ce sont nos projets en présentiel (vidéo et photo) qui donnent le rythme : on se déplace à travers la France pour les tournages. Contrairement à ce que beaucoup peuvent croire, nous ne sommes pas en vacances toute l’année !

– Que faites-vous de votre temps libre ?

On quitte rarement le van sans nos boîtiers : j’aime faire des photos tandis que Gürkan préfère la vidéo (Il a lancé sa chaîne Youtube). On aime sortir nos vélos pour découvrir les villes, prendre nos skates pour se promener dans les villages, surfer ou aller faire du snowboard selon les saisons, sortir la slackline pour Gürkan et faire du yoga pour ma part. On partage la même passion pour le trekking, que ce soit le temps d’une journée ou pour quelques jours : on laisse volontiers le van au parking pour retrouver notre tente. Enfin, lorsqu’on est dans le van, on cuisine beaucoup : Gürkan s’occupe du salé et moi du sucré. J’en profite aussi pour préparer des recettes ou des tutos zéro déchet (tricoter un tawashi, préparer du dentifrice, fabriquer du déodorant etc)

– Vous prônez un mode de vie simple, écologique, zéro déchet. Vous avez d’ailleurs fait une conférence sur le Zéro Déchet au Vanlifest. Comment vous êtes-vous tournés vers ce mode de vie ? Qu’est-ce que cela vous apporte ?

Nous sommes bénévoles pour Surfrider Foundation Europe depuis près de 3 ans, mais notre véritable cheminement vers le Zéro Déchet remonte à février 2018, après l’achat de notre premier van… Être nomade le temps d’un week-end nous a amené à réfléchir au contenu de ce sac poubelle qui déborde si rapidement, aux litres d’eau dont nous avions besoin pour vivre confortablement, ou encore aux produits (liquide vaisselle, brosse à dents et autres) que nous rejetions directement dans la nature…

Tant de choses ont évolué dans notre manière de penser, d’être et de faire puisque c’est désormais notre “conscience écolo” qui nous guide au quotidien, dans nos choix, nos réflexions et nos aspirations. Le Zéro Déchet est une invitation à consommer « en conscience ».

– Si on vous demande un Top 3 des astuces zéro déchet en van ?!

Selon nous, les 3 astuces faciles à mettre en œuvre sont : 

  1. Arrêter les bouteilles d’eau en plastique en achetant une gourde et en filtrant son eau (on peut aussi acheter une gourde filtrante)
  2. Limiter les emballages (surtout en plastique) en apportant ses sacs en tissus pour acheter en vrac (cuisine) et en utilisant des cosmétiques solides et/ou fait-maison (salle de bain)
  3. Eviter les produits neufs et privilégier les articles d’occasion (Le Bon Coin, Vinted, Back Market…)

L’aventure We Van

road-trip en camping-car

– Vous êtes les heureux élus de la prochaine édition de Drive Your Adventure avec We Van. Qu’est-ce qui vous a décidé à postuler ?

La destination pour commencer ! On prône le slow travel par ici alors on ne pouvait pas rêver mieux que l’hexagone pour ce périple, d’autant plus qu’on est convaincus que la France est une destination parfaite pour la vie en van. Et puis après, c’est également une belle opportunité professionnelle de création de contenu (photo, vidéo, article de blog) que ce soit pendant le voyage ou après avec l’écriture du livre : c’est un peu la mission parfaite !

– Vous allez partir 6 mois à travers la France pour explorer la diagonale du vide. Prêts ? Avez-vous déjà un itinéraire ?

L’itinéraire prend forme oui, on prend beaucoup de plaisir à réaliser nos recherches, d’autant plus qu’on a le temps désormais : on devait partir le 25 avril lors du Camper Van week-end mais l’actualité est venue bousculée le planning. Tout ce qu’on peut vous dire, c’est qu’on commencera par la région dans laquelle on se trouve actuellement : la Bretagne !

– Vous allez retrouver un vieil amour : vous roulerez en Volkswagen ! Heureux ?

On ne sait pas pour vous, mais dans notre imaginaire, lorsqu’on parle de van on pense à VW, alors forcément on est super heureux de partir avec cette marque. Et surtout, on est drôlement curieux à l’idée de tester un van plus récent avec les équipements qui vont avec ! Enfin, retourner sur un modèle plus discret (et plus rapide) que Tartine ça va nous faire du bien, surtout le long de la côte Atlantique. 

L’actualité étant bousculé, le départ a été repoussé. Savez-vous quand vous pourrez prendre la route ?

On devrait prendre la route cet été désormais selon l’évolution de la situation sanitaire. À ce stade, il est envisagé de diviser l’aventure en deux roadtrip de 3 mois chacun : un cette année et un l’année prochaine. Quoi qu’il advienne, nous ne sommes pas inquiets : l’équipe We Van qui nous accompagne sur le projet Drive Your Adventure est tellement sympathique et professionnelle. Et puis, une fois de plus, s’adapter et gérer les imprévus c’est l’essence même de la vanlife. On appréciera d’autant plus de prendre la route après des semaines de confinement en Bretagne 🙂

Les questions de la fin !

–> Vous partez toujours avec : une liseuse et un appareil photo
–> Vous rêvez de :  
rejoindre la Turquie depuis la France en van (sûrement l’année prochaine)
–> Le plus bel endroit que vous avez vu est : 
le lac du Montagnon dans les Pyrénées 
–> La plus belle rencontre c’était avec :  Marine & Geoffrey au Pays Basque l’été dernier, on devait passer une soirée ensemble à Biarritz après quelques échanges sur instagram et on a passé une semaine ensemble jusqu’en Espagne
–> La plus grosse frayeur c’était quand :  
on a fait fumer les freins de Tartine dans une descente à 13 % dans les Pyrénées, près du Lac d’Iraty (on ne savait pas qu’il fallait freiner beaucoup plus fort sur une boîte automatique plutôt que de rester appuyer en continu). Résultat : près de 3 heures pour descendre 5 km.
–> Quelle est votre devise ?  
Ce n’est pas une devise mais une citation que l’on adore : “​Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, je vous propose d’essayer la routine…. Elle est mortelle !” Paulo Coelho
–> 3 mots qui définissent la conception du voyage en toute liberté pour vous.

Créativité – Simplicité – Musique


Suivez-les sur les réseaux sociaux :

facebook
instagram
youtube

Epingles cet article sur Pinterest pour le garder sous le coude :