Voyager autrement

Et si on réduisait son empreinte écologique en voyage ?

empreinte écologique

La planète chauffe et il sera peut-être bientôt trop tard pour y remédier. Constat alarmant d’une nature et d’un environnement fragile qu’il faut préserver à tout prix. Difficile de faire bouger les politiques actuelles alors comment limiter son empreinte écologique à son échelle ? Quels gestes adopter pour réduire son impact ? Les voyages à l’étranger et notamment les déplacements en avion sont-ils devenus l’ennemi public n°1 ?

 

Empreinte écologique, bilan carbone… qu’est-ce que c’est ?

L’empreinte écologique est la mesure de l’impact de l’Homme sur l’environnement. Elle calcule la surface terrestre nécessaire pour subvenir aux besoins des Hommes : on estime aujourd’hui que nous avons besoin de 1,7 planète (étude Global Footprint Network) . En découle le fameux “jour du dépassement”, date à partir de laquelle l’humanité vit à crédit sur la Terre. On doit donc agir pour réduire notre impact écologique, que ce soit au quotidien ou pendant que l’on voyage. On peut même évaluer ses émissions de CO2 grâce au Bilan Carbone, un outil développé par l’ADEME pour comptabiliser les émissions directes et indirectes de gaz à effet de serre.

 

Voyage et transports : première source de pollution

empreinte écologique

Avion, train, bateau, voiture, van, cargo, vélo… Il existe une multitude de transports pour se déplacer lorsqu’on voyage. Bien entendu, certains modes polluent plus que d’autre : le transport aérien représente environ 5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde (l’aviation serait responsable à hauteur de 4 % du réchauffement climatique). Même si avion et voiture émettent autant de CO2 au kilomètre, les distances en avion sont beaucoup plus grandes et donc plus impactantes sur l’environnement. L’avion pollue à la fois par sa consommation de kérosène (et donc rejet de CO2) mais aussi par les traînées de condensation qu’il laisse derrière lui.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’impact des voyages en avion sur l’environnement, le site tourdumondiste.com a réaliser un dossier très complet à lire ici.

Mais quand on voyage à l’étranger, difficile de se passer de l’avion. Le meilleur moyen de limiter son empreinte écologique lorsque l’on voyage autour du monde est de minimiser les distances parcourues en avion en prenant des alternatives à l’intérieur d’un pays, comme le train ou le bus.

 

Les transports les moins polluants

Le vélo arrive bien évidemment en tête du classement : il n’émet aucun CO2 ! Le train est également un moyen de transport moins polluant : la plupart des trains étant électriques, ils ne rejettent pas de CO2 directement (le train émet entre 33 % et 50 % moins de CO2 que l’avion). Le rejet de CO2 peut intervenir lors de la production de l’électricité si des énergies fossiles sont utilisées.  Le train est l’un des meilleurs moyens de parcourir de longues distances en évitant de prendre l’avion. Et certains voyages en train sont mythiques : le Transsibérien, l’Orient Express, l’Hiram Bingham (qui traverse le Pérou)… Le bus, même s’il consomme du carburant, a un impact écologique moindre que l’avion et permet de parcourir de longues distances. Vous pouvez aussi voyager en voilier, qui n’émet pas de CO2 (sauf quand l’utilisation du moteur est requise).

 

Limiter son empreinte écologique en s’équipant durablement

empreinte écologique

Choisir le bon équipement lorsque l’on voyage est important : que ce soit les vêtements ou les accessoires, il est aujourd’hui plus facile de trouver des objets responsables et durables. On avait déjà évoqué le sac de couchage recyclé, la vaisselle de camping biodégradable ou encore la gourde dans un précédent article.

Pensez aussi à l’occasion et au prêt ! En effet si vous partez faire une activité pour la première fois, cela peut vous demander d’investir dans du matériel. Alors pourquoi ne pas le louer ou se le faire prêter ? Entre particuliers ou via un professionnel vous avez le choix : louer son matériel pour un bivouac, trouver du matériel de sport, passer par un voisin pour louer du matériel… tout est possible ! Faites un tour également sur le groupe Facebook de Tourdumondiste spécial petites annonces voyage, à coup sûr vous dénicherez un bon plan.

 

Privilégier des activités durables

Le tourisme a un impact fort sur la nature et les écosystèmes. On ne sait que trop bien les effets néfastes du tourisme de masse (comme en Thaïlande où des îles sont désormais interdites au public pour permettre à la nature de se régénérer). Que ce soit en se déplaçant ou en consommant (activités, restauration…), chacun de nos gestes peut avoir un impact environnemental. On peut limiter son empreinte écologique en évitant de faire certaines activités comme les loisirs à moteurs. Pourquoi faire un tour en jet-ski alors que vous pouvez le faire en paddle ou kayak ?

Également dans un soucis de protection de l’environnement et des espèces animales, interdisez-vous toutes les attractions qui mettent en scène des animaux. Pourquoi participer à des attractions avec des animaux (tour à dos d’éléphant, fameux selfie avec des tigres drogués…) alors que cela va à l’encontre de la protection de la nature ? On peut tout à fait découvrir l’environnement d’un pays de manière écotouristique avec une dimension éthique.

Faites un tour sur la plateforme Globethik, dédiée aux activités touristiques durables. Les activités proposées ont un impact économique, social et environnemental positif !

 

Randonnée : les règles d’or pour limiter son empreinte écologique

empreinte écologiqueConnaissez-vous la philosophie du “leave no trace” ? Venue de nos voisins américains, il s’agit de randonner responsable et durable, en respectant l’environnement mais aussi les randonneurs. On pourrait croire que c’est toujours le cas mais non, il y a toujours des randonneurs qui ne respectent pas la nature, qui laissent leurs déchets… Le “leave no trace” se base sur plusieurs principes :

  • Savoir bien préparer sa randonnée : préparer son itinéraire, étudier les réglementations locales, consulter la météo, minimiser les emballages… Vous évitez ainsi les imprévus.
  • Randonner sur des sentiers balisés : même si l’envie de fouler des terres inconnues vous fait de l’œil, restez sur les sentiers tracés et sur les surfaces durables.
  • Laisser la nature intacte : ne modifiez pas les sites naturels, touchez avec les yeux, ne ramassez pas d’espèces végétales…
  • Limiter les feux de camp : si vous pouvez utiliser un réchaud faites-le ! Dans le cas où vous êtes obligés de faire un feu, privilégiez un feu de petite taille et dispersez bien les cendres une fois terminé. Vérifiez bien au préalable que c’est autorisé.
  • Gérer ses déchets : ne laissez rien sur place, emportez tout avec vous, utilisez des savons biodégradables…
  • Respecter la faune locale : on observe les animaux de loin, on ne leur donne évidemment pas à manger, on évite de laisser traîner des aliments qui pourraient les attirer, on tient son chien en laisse…

 

Agir au quotidien pour limiter son empreinte écologique c’est possible !

En dehors des voyages, on peut également agir au quotidien pour réduire son empreinte écologique. Et ce dans différents domaines.

Concernant l‘alimentation, on peut par exemple commencer par réduire sa consommation de viande (l’élevage de bétail serait responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde) et de poisson (85 % des réserves mondiales sont épuisées ou surexploitées). On évite également au maximum le gaspillage alimentaire (En France, nous jetons 20 kg de nourriture par personne par an, c’est aberrant !). Que ce soit en adaptant ses courses à ses réels besoins, en consommant de saison ou en choisissant ceux qu’on appelle les “légumes moches”. On essaie également au maximum de faire attention aux labels tels que pour le biologique ou le commerce équitable.

On peut également faire des petits gestes au niveau de l’énergie et de l’électricité, au niveau des déchets avec le recyclage et les magasins de vrac qui commencent à fleurir un peu partout, au niveau de sa consommation d’eau…

Et vous pouvez aussi télécharger des applis mobiles pour vous apporter un coup de pouce !

  • 90 jours est votre nouveau coach pour changer le monde ! L’appli vous aide à changer facilement et durablement vos habitudes pour plus d’écologie. Disponible sur IOS et Android.
  • Too Good To Go pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Récupérez des paniers dans les commerces près de chez vous. Disponible ici.
  • Zero Waste Objective pour se lancer dans le zéro-déchet ! Disponible sur IOS et Android.
  • Jwebi pour transporter les colis entre particuliers, dans la France et le monde entier ! Livre, canapé, vêtements…


Épingles l’article sur Pinterest pour le garder sous le coude :

empreinte écologique



Photo by Erik Odiin on Unsplash / Photo by Sachith Hettigodage from Pexels