Portraits

Vanlifers #6 : les voyageurs sans frontières de Roammates

voyageurs sans frontières

Nouveau portrait de voyageurs et nous avons rencontré la joyeuse équipe de Roammates. Ces voyageurs sans frontières (sans oublier Nel le chat !) ont baroudé avec Le Lieutenant, leur joli et robuste camion (un Volkswagen LT40 kaki). Cet été vous allez pouvoir les suivre à bord d’un autre véhicule pour « Drive Your Adventure » avec We Van. Rencontre avec ces voyageurs !

 

L’équipe de voyageurs sans frontières Roammates

 
 Qui se cache derrière Roammates et comment avez-vous choisi ce nom ?

Roammates c’est une petite équipe de trois « personnes » : Clémence et Thomas, 34 ans, et la petite Nel, presque 6 ans, qui se trouve être un chat. Le chat Nel. Subtil, n’est-ce pas ?
Clémence est architecte d’intérieur et designer tout-terrain, Thomas est journaliste sportif et traducteur français-anglais (et inversement). Et encore une fois, Nel est un chat. Au niveau amateur pour l’instant, mais elle espère passer au niveau professionnel depuis qu’elle a découvert qu’elle pouvait grimper aux arbres.
Quant au nom Roammates, c’est le mélange de roam qui veut dire errer ou vagabonder en anglais, et de roommates, qui veut dire colocataires.

 

Vous avez beaucoup voyagé en Europe (Espagne, Belgique, Autriche, Italie…) et aussi au Canada. Comment c’est, la vie en van là-bas ?

Depuis décembre, nous sommes passés en Italie, Suisse, Slovénie, Autriche, Allemagne, Belgique, aux Pays-Bas et au Danemark. Chacun de ces pays a ses attraits, que ce soit de belles villes ou des paysages à couper le souffle. On a donc trouvé notre compte partout jusqu’à présent ! Après, en ce qui concerne la vie en van, certains de ces pays sont plus accueillants que d’autres. Il est par exemple bien plus facile de trouver une douche gratuite sur une aire d’autoroute italienne qu’en Suisse où tout est payant et souvent cher.
Et en effet, nous avions visité une partie de l’ouest canadien à l’automne 2016, en louant un grand break/monospace sur une quinzaine de jours, y installant un matelas à l’arrière pour un road trip à travers les Rocheuses. Et même si ce n’était pas la vie en van à proprement parler, c’est un très grand souvenir !
 

Est-ce à partir de ce voyage au Canada que vous avez eu un déclic pour devenir des digital nomades à temps plein ?

C’est en tout cas à partir de là que nous avons été converti à ce mode de voyage, sans filtre, pour ainsi dire. L’idée d’en faire un mode de vie a ensuite germé, alimentée par ce que nous en voyions sur les réseaux sociaux, notamment. Et comme nous faisons tous deux un métier qui peut se décliner en travail à distance, nous nous sommes dit, pourquoi pas nous ? Le plus difficile, c’est de se lancer !

 

De « Space Designer » et journaliste sportif-traducteur à digital nomades, comment s’est passé cette conversion ?

Clémence avait un CDI dans une agence d’architecture, et a donc dû y mettre un terme, ainsi qu’une activité en tant qu’auto-entrepreneure qui est donc désormais son activité principale. Quant à Thomas, qui exerçait déjà en tant que freelance, il a mis son activité de journaliste entre parenthèses à cause de la distance, et se concentre sur celle de traducteur qui ne nécessite aucune présence physique. Et Nel reste un chat.

 

 Votre expérience de vanlifers avec le Lieutenant

voyageurs sans frontières

© Roammates

 Vous voyagez à bord du Lieutenant, un Volkswagen LT40. Comment l’avez-vous trouvé ? Avez-vous hésité avec d’autres vans avant de l’acheter ?

Comme beaucoup, nous avons tout simplement épluché les petites annonces sur Internet ! Pour être honnêtes, nous avions flashé sur d’autres véhicules avant de trouver le Lieutenant, mais ceux-ci étaient souvent un peu petits (Thomas fait 2 m 02), ou nous sont passés sous le nez… Et puis nous sommes tombés sur cette annonce d’un LT40 qui se trouvait à ce moment-là à Saint-Gély-du-Fesc, à 15 mn de chez nous. La première visite nous a convaincus !

 

Comment s’est passé l’aménagement du Lieutenant pour une vie nomade ? Quelles ont été les étapes les plus importantes ?

La première étape, gérée en Picardie par le père de Thomas et un ami garagiste, a consisté en un grand nettoyage d’abord, puis en l’assainissement de la carrosserie qui avait vu du pays, dirons-nous… Une fois propre et un peu plus étanche, il était prêt à nous rejoindre dans le sud de la France pour l’aménagement que nous avons intégralement réalisé de juillet à décembre (avec toujours des coups de pouce lorsque nous n’avions pas les compétences suffisantes). Comme pour n’importe quel van, il y a des postes sur lesquels il ne faut pas se rater : l’isolation, un circuit électrique fiable… Et comme nous partions en fin d’année pour un hiver dans les Alpes, l’isolation était d’autant plus primordiale !

 

Pourquoi avoir choisi de le repeindre en kaki/olive ?

Nous voulions que le Lieutenant soit à la fois beau, reconnaissable, et relativement discret malgré son gabarit impressionnant. Nous avions failli partir sur une couleur brique, mais après une longue réflexion (et quelques camions croisés) le kaki s’est imposé.

 

Quels sont les éléments indispensables pour vous dans un van ? Et au contraire, les éléments dont on pourrait se passer?

En ce qui concerne l’aménagement, le seul vrai débat pour nous était centré sur la présence ou non d’une douche/ou d’un évier et donc de réservoirs d’eau propre et usée. Nous avons fait le choix de ne pas en installer, et nous ne le regrettons absolument pas ! En revanche, nous avons installé un petit cabinet avec une toilette sèche, luxe que nous pouvions nous offrir grâce à la place dont nous disposons dans le Lieutenant. Et c’était une excellente idée. Il est en outre important de prévoir un maximum de rangement, car un espace réduit devient vite ingérable si on ne range pas chaque chose à sa place après utilisation.

Pour ce qui est de la vie en van, tout dépend des goûts et passions de chacun, mais parmi les choses incontournables, on peut citer le nécessaire à café/thé, le matériel multimédia et de prise de vue, l’équipement pour les activités de plein air (rando, etc…), des livres et des jeux, quelques pièces de rechange (fusibles, joints,…) et une bonne boîte à outils !

 

Comment se passe la vie quotidienne dans un van avec un chat ?

Plutôt bien ! Rendons à Nel ce qui appartient à César, elle s’est très bien adaptée à cette nouvelle vie, et le Lieutenant est immédiatement devenu sa maison, avec ses différents spots de sieste.
Ensuite, pour ce qui est de la vie en van, nous faisons en sorte que ce soit aussi agréable pour elle que pour nous, et nous nous adaptons à elle autant que possible. Ce qui veut dire par exemple que nous limitons nos temps de sortie lorsqu’il fait chaud, et que nous faisons toujours attention à nous garer dans des endroits calmes et ombragés. En bref, le confort et la tranquillité de Nel sont toujours des éléments centraux à chaque prise de décision.

 

Les projets : l’aventure WeVan et Nouveaux Nomades

voyageurs sans frontières

© Roammates

 Vous avez été choisi pour le projet de WeVan (Drive Your Adventure). Félicitations ! Alors heureux ?

Merci, et oui, très ! La Norvège est un pays qui nous tient particulièrement à cœur, elle fut notre première destination en tant que couple, et nous rêvions d’y retourner plus longuement. D’ailleurs, nous étions déjà en route lorsque nous avons appris la bonne nouvelle !

 

Comment s’est passé le « recrutement » pour cette aventure ?

Nous nous étions inscrits au concours alors que nous faisions une halte mécanique en France, sans trop y croire. Comme nous nous dirigions vers la Norvège de toute façon, ça ne mangeait pas de pain ! Et puis nous avons passé le premier tour, et il a fallu monter un dossier de présentation plus exhaustif, ce que nous avons fait sous la forme d’un site internet. A la suite de quoi nous sommes passés en finale, qui consistait en un entretien pour lequel il fallait être présent. Comme nous étions alors au Danemark, les équipes de WeVan ont accepté de nous faire passer cet entretien à distance.
Et même si la visioconférence fut un échec technique total, et qu’il a fallu se contenter d’un simple appel sur haut-parleur, il faut croire que nous leur avons plu puisqu’ils nous ont rappelés le jour même au lieu du lendemain pour nous donner le résultat !

 

Vous allez bientôt embarquer pour la Norvège. A-t-il été difficile d’établir votre itinéraire ? Aviez-vous des contraintes, mis à part le timing ?

Ce qui est certain, c’est qu’il a fallu faire des choix, car en deux mois, nous n’aurons pas le temps de tout voir ! Cela dit, les équipes de WeVan, leurs collaborateurs et nous partageons la même idée de ce projet, de ce que nous souhaitons montrer aux gens qui nous suivront, et des étapes importantes qui doivent donc figurer sur l’itinéraire. L’idée de WeVan est vraiment de montrer des aspects du pays qu’on ne retrouvera pas forcément dans les autres guides, et c’est également comme ça que nous concevions notre voyage à la base. Donc de ce point de vue-là, cela n’a pas été difficile. En revanche, ce fut un travail de recensement long et fastidieux !

 
Parlez-nous du collectif Nouveaux Nomades que vous avez récemment créé (sur Instagram) ?

L’idée du Collectif Nouveaux Nomades est née de la diversité au sein de ce mode de vie et de voyage alternatif. Recueillir et partager les ressentis et les expériences de chacun, apporter au plus grand nombre des idées et des inspirations mais également des réponses plus nuancées et plus complètes aux questionnements des curieux, qu’ils soient ‘jeunes’ vanlifers, vanlifers aguerris ou non initiés, voilà tout ce que l’on espère distiller sur le feed Nouv Nom (son petit nom en off !).

 

Comment les 12 équipages actuels se sont joints au projet ?

Nous leur avons proposé, tout simplement ! On en connaissait certains et on échangeait déjà avec la plupart… Ca s’est fait assez vite et naturellement… Et comme ce sont tous des gens pour qui le partage et l’échange sont des valeurs fondamentales de la vie en van, ils ont tous adhéré immédiatement ou presque !

 

Comment gérez-vous au quotidien le compte ?

Nous avons crée une sorte de cycle hebdomadaire de publications, afin de ne pas nous disperser. Chaque jour correspond à une thématique, sur laquelle les équipages font des propositions en conversation de groupe, que ce soit une citation pour le lundi par exemple, ou un spot dodo incontournable pour le mercredi, un conseil, une activité, etc… Puis une fois le post publié on essaie de le faire vivre au max afin que tout le monde y apporte sa petite contribution. On cherche vraiment à créer une communauté à terme.. au-delà même des 12 équipages.

Pour ce qui est de la gestion matérielle à proprement parler.. Jusqu’à présent, nous avions encore la main sur les publications, les MP, les commentaires.. mais avec DYA nous allons être obligés de déléguer un peu.. C’était déjà prévu mais on pensait attendre que tous les équipages se sentent prêts et surtout disponibles (certains sont loin et pas toujours connectés, d’autres sont en phase d’aménagement..).. mais finalement il n’y aurait pas eu de moment parfait, les aléas de la vie de nomade justement alors c’est parti, dès lundi prochain, ce sera chacun sa semaine !

 

Les questions de la fin !

 

  • Vous partez toujours avec : nos smartphones et notre appareil photo
  • Vous rêvez de : pérenniser ce mode de vie
  • Le plus bel endroit que vous avez vu est : avant la vie nomade, Jasper National Park (Canada) ex-aequo avec le Svalbard. Et depuis, le Val d’Orcia et les Dolomites (Italie)
  • La plus belle rencontre c’était avec : Mario et Flo et Sacha et Lewis (The Travelling Shed), pendant la conversion et plusieurs fois depuis notre départ !
  • La plus grosse frayeur c’était : quand on a perdu les freins du Lieutenant dans la descente du Simplonpass en arrivant en Suisse. Coincés derrière un camion, impossible de faire un bon usage du frein moteur ni d’avoir une arrivée d’air suffisante pour un bon refroidissement.. . perte des freins.. heureusement on a eu le temps d’arriver en bas pour ralentir sur le plat..
  • Quelle est votre devise ? « Quand il n’y a pas de solution, il n’y a pas de problème. » Le lâcher prise en somme !
  • 3 mots qui définissent la conception du voyage en toute liberté pour vous : Liberté, forcément. Vivre, par opposition à simplement survivre. Inconnu, on improvise chaque jour et on découvre tous les jours !

 

Pour suivre les aventures de Roammates : blog, page Facebook, page Instagram et aventure Drive your adventure