Portraits

Récit de voyage : le combi d’EduCarT est de retour !

récit de voyage

Si vous suivez les portraits que nous faisons sur le blog, vous avez pu faire la connaissance de Katherine et Anthony, 2 charmants professeurs qui se sont lancés dans un projet éducatif : collectionner des dessins d’enfants à travers le monde, sous le thème « dessine moi ta vie ». Nous avions pris connaissance de leur projet, EduCarT, avant qu’ils ne partent sur les routes d’Amérique Latine, à bord de leur combi vert La Prima. Puis nous avions pris des nouvelles quand ils attendaient que leur véhicule soit réparé, au Mexique. Un an après, nos deux voyageurs sont revenus de leur voyage éducatif et nous font part de leur expérience unique. Découvrez leur récit de voyage et leur aventure extraordinaire.

Récit de voyage : EduCarT est rentré !

La dernière fois, nous avions quitté Katherine et Anthony à Morelia au Mexique, en pleine restauration de leur vieux Combi Volkswagen de 1975. Cette restauration aura pris (beaucoup !) plus de temps que prévu (un peu plus de 4 mois)… Il leur a fallu trouver les personnes capables d’effectuer un travail sérieux et précis qui puisse résister aux 25 000 kilomètres prévus pour rejoindre l’Argentine. C’est donc le 14 décembre 2017 que nos 2 professeurs se sont élancés pour leur aventure éducative !

Même si nous avons beaucoup appris durant ces 4 mois, nous commencions à trouver le temps long… Le jour du grand départ est très impressionnant… Dès les premiers kilomètres, le cœur se met à battre la chamade et les sentiments se mélangent dans la tête… Joie, peur, excitation, inconnu, accomplissement : tout y passe !

Au final, ce beau et grand voyage se déroule exactement comme ils l’avaient imaginé et rêvé : de superbes rencontres avec les mexicains et les mexicaines (notamment via le Couchsurfing), de magnifiques paysages, des enfants motivés pour découvrir de nouvelles cultures… et quelques pannes pour le Combi ! Mais heureusement rien de grave.

Récit de voyage d’une aventure éducative

récit de voyage

La dernière fois qu’on s’est quittés, vous vous apprêtiez à entrer en Colombie. Et maintenant vous êtes de retour en France ! Un petit topo sur le reste de votre aventure ?

Nous sommes arrivés en Colombie le 29 avril mais sans notre Combi La Prima qui a mis plus d’une semaine avant d’officiellement débarquer en terre colombienne… Le passage entre le Panama et la Colombie, véritable mythe pour les vanlifers d’Amérique, est en effet bien compliqué et très onéreux (1 000$). Tout cela pour à peine 4 h de bateau ! Ce ne sera finalement que le 8 mai que nous récupérerons La Prima, en route vers l’Amérique du Sud !

Notre seul petit souci fut malheureusement le temps : devant être de retour en France pour début septembre (rentrée des classes oblige !), il nous fallu accélérer un peu la cadence… Mais avec une vitesse de pointe de 80 km/h, on n’avance pas bien vite ! Comme le dit l’adage : un Combi c’est fait pour arriver, pas pour courir ! Et écouter son compagnon de voyage est certainement le meilleur conseil à donner. Nous avons tout de même pu tenir la promesse faite aux enfants de France : découvrir 18 pays d’Amérique Latine ! En Amérique du Sud nous avons traversé la Colombie, l’Equateur, le Pérou, la Bolivie, le Chili, l’Argentine, le Paraguay, le Brésil et l’Uruguay. Nous avons terminé comme convenu le périple à Montevideo en Uruguay avec un total de 19 846 kilomètres au compteur !

Qu’est-ce que vous retiendrez de ce voyage extraordinaire ?

Ce que nous retenons, avant toute chose, c’est une merveilleuse aventure humaine. Que ce soit avec les enfants, via notre projet de dessins, ou avec les adultes, locaux comme voyageurs, nous rentrons le cœur et l’esprit remplis de magnifiques souvenirs d’échange et de partage. Nous avions l’habitude de dire que nous arrivions quelque part avec des contacts ou des connaissances mais qu’à chaque fois que nous devions repartir, nous comptions de nouveaux amis… Nous avons vraiment appris à nous ouvrir aux locaux, à avoir confiance. Les relations sont souvent bien plus fortes que dans la vie de tous les jours parce qu’éphémères. En quelques jours, vous entrez dans la vie de quelqu’un qui n’a souvent qu’une envie : vous montrez le meilleur de sa culture, de ses coutumes, de son pays…

Comment s’est passé les rencontres et échanges avec les enfants mexicains, brésiliens, argentins… ? Sont-ils amusés de vous voir dans leur école ? Et comment les professeurs accueillent-ils votre démarche ?

récit de voyageChaque rencontre avec les enfants est toujours un moment magique pour nous… Nous y étions préparés via notre projet artistique « Dessine-moi ta vie », nous avions, avant de partir, déjà récolté 4 500 dessins d’enfants français. Mais en Amérique Latine cette dynamique a pris une toute autre mesure avec 90 écoles visitées et plus de 10 000 dessins récoltés ! Outre les dessins et notre discours sur la motivation et les rêves, le grand moment était toujours la découverte du Combi avec les enfants ! « Wouaaaaw !!! » s’exprimaient-ils au moment d’ouvrir le toit du célèbre van !

Du point de vue des professeurs, nous souhaitions observer différentes pédagogies qui donnent la motivation d’apprendre. Mais au terme de notre investigation, ce que nous retenons c’est surtout que les adultes doivent eux-mêmes être motivés pour transmettre cette motivation… Entre des profs en recherche perpétuelle de projets motivants et d’autres, surtout pressés de rentrer chez eux, nous avons parfois observé de véritables antagonismes au niveau des pratiques.

Au final, vous avez traversés 18 pays, parcourus 19 846 km du Mexique à l’Uruguay et récoltés plus de 10 000 dessins. Mission accomplie ?

Comme nous le disons souvent, ce que nous avons fait c’est plus qu’un voyage : c’est « Une Aventure Educative ! » En effet, nous nous étions engagés auprès des enfants qui suivent ce projet, à visiter 18 pays d’Amérique Latine et à arriver jusqu’en Uruguay ! Donc oui : mission accomplie ! Bien sûr, nous avons eu quelques imprévus, quelques galères et quelques changements de plans et d’itinéraires mais cela fait partie de l’aventure ! De façon globale nous avons réalisé ce que nous nous étions mis en tête en quittant la France le 1er août 2017. Et même plus encore car certains pays comme l’Equateur ou le Paraguay nous ont apportés de bien belles surprises !

Vous attendiez vous à rencontrer d’autres voyageurs nomades et d’autres combi VW?

Oui, dans notre imaginaire, nous percevions l’Amérique Latine comme une véritable terre de voyageurs nomades. Et c’est ce que nous avons trouvé sur place. Une application comme IOverlander permet par exemple de facilement retrouver d’autres voyageurs et il existe différents groupes What’sApp très utiles pour se transmettre les bons plans voyageurs ! Et concernant la communauté si particulière des Combis VW, c’est tout simplement une vraie famille que nous avons rencontrée ! En Amérique Latine, le Combi est un vrai vecteur de rencontre et même d’amitié ! Peu importe la nationalité, la condition sociale ou l’âge, vous faites partie d’une même famille. Que ce soit pour une balade en caravane, pour un coup de main mécanique, pour une bonne douche ou pour trouver une école où proposer notre projet, la communauté Combi nous a énormément aidés.

 

L’expérience et le partage

récit de voyage

Qu’est-ce qui a été le plus dur dans ce voyage ?

Le plus dur pour nous, outre le côté administratif de certaines frontières, aura certainement été le désespoir humain de certains. A l’heure où nous répondons à cette interview, les images de la caravane de migrants du Honduras qui se dirigent vers les Etats-Unis nous rappellent la détresse de certaines personnes que nous avons pu rencontrer. Le Honduras et le Nicaragua se battent contre des hommes politiques qui s’accrochent au pouvoir… Le Brésil, le Salvador, l’Argentine sont mécontents de leurs dirigeants… La nation emblématique de ce désespoir est pour nous la nation vénézuélienne…

Nous souhaitions plus que tout nous rendre au Vénézuéla pour que les enfants de ce pays aussi puissent partager leurs dessins. Mais tous les migrants vénézuéliens, rencontrés au Panama, en Colombie, en Equateur, au Pérou, nous ont tous formellement interdit d’y aller. La situation y est tellement difficile que même un voyageur peut y être pris pour cible… Non pas par méchanceté mais par pur désespoir…

Vous avez lancé une cagnotte Leetchi (cagnotte participative) pour vous aider à financer le retour de La Prima en Europe. Un transport de combi, ça coûte cher ? Comment avez-vous eu l’idée d’écrire les prénoms des donateurs sur le toit du combi ?

Cette cagnotte participative nous a permis de sauver notre Combi La Prima ! Nous avions en effet le rêve, certes un peu fou, de le rapatrier en France afin de poursuivre nos aventures et faire en sorte que les enfants d’Amérique Latine puissent rêver en suivant notre Combi en Europe. Après une première approche d’agents et de compagnies (au Brésil, en Argentine, en Uruguay et même au Chili !), la première option était un rapatriement en Ro-Ro pour environ 1 500€. Mais cette option nous ayant été formellement déconseillée par plusieurs importateurs de Combis, nous avons opté pour le container : 3 800€ en container seul ou 2 600€ pour un container partagé… Nous n’avions donc plus le budget… Mais grâce à cette idée d’écrire les prénoms de nos généreux donateurs, nous avons pu obtenir la somme de plus de 1 000€ ! Sans eux, La Prima serait encore en Amérique du Sud !

Cette idée, vient du fait que depuis le début je voulais repeindre le toit du Combi dont la peinture n’est pas terrible… Mais Katherine n’a jamais voulu ! Alors que nous étions au Brésil, je lance une petite plaisanterie : ceux qui nous aident doivent être encore plus proches de nous dans cette aventure, je vais écrire leurs prénoms sur le toit ! L’idée était lancée !

Vous avez vécu la finale de la coupe du monde et le sacre des français à l’étranger. Alors, comment ça s’est passé ?

récit de voyageNous avons vécu la finale dans le petit village de La Colmena au Paraguay, en compagnie d’autres amis voyageurs (les Tiliky Trip qu’il faut absolument suivre !), et de français installés sur place. Et quelle chance pour moi, grand fan de foot, car l’un des voyageurs était aussi super passionné : Aurélien ! Nous nous sommes donc tous réunis dans l’épicerie-bar du village (spécialement ouverte pour l’occasion !) afin d’assister à la magnifique victoire française, drapeaux bleu, blanc, rouge à la main ! Avec Aurélien et les enfants, nous avons tellement chanté et dansé que les habitants de La Colmena doivent se souvenir des paroles de la Marseillaise !

 

Les projets d’EduCarT

Vous avez tous les 2 fait votre rentrée scolaire en tant que professeur mais aussi votre rentrée voyageurs en participant à l’émission « Quotidienne » sur TéléNantes. Comment s’est déroulée l’émission ?

Super bien. Nous avons été contactés par la journaliste de TéléNantes suite à un article de journal paru dans Ouest France. L’idée était d’interviewer des professeurs souhaitant enseigner différemment : un sujet qui nous collait à la peau ! En plus d’aider à la diffusion de notre projet EduCarT, cela nous a remémoré les nombreuses interviews dont nous avons pu faire l’objet en Amérique Latine. Sauf que cette fois, c’était plus compliqué pour Katherine que pour moi, retour au français oblige ! De façon générale, chaque TV, article de journal, passage radio ou sortie dans un magazine tel que Combi Magazine nous aide à faire du rêve une réalité. A toutes les personnes qui ont un vanlifer qui sommeille en elles : donnez-vous les moyens de réussir et laissez-vous guider par l’aventure !

Quels sont vos futurs projets ?

En premier lieu, nous avons le projet de remettre en état notre vieux compagnon de voyage. Car si sa mécanique est en bon état de fonctionnement après un gros travail au Mexique, sa carrosserie laisse à désirer… La corrosion ne s’est pas améliorée lors de nos bivouacs sur les plages du Salvador ou pendant son mois de traversée en mer pour rejoindre le vieux continent. Nous sommes donc constamment à la recherche de partenaires souhaitant s’engager dans cette aventure afin de faire de La Prima un véhicule apte à se balader un peu partout en Europe. Voir même plus ! Pour aider cette restauration, l‘écriture d’un livre communautaire sur la passion des Combis est en cours d’élaboration, mais nous aurons bien l’occasion de vous en reparler !

Ensuite, nous avons pour ambition de partager notre expérience sur le thème du voyage avec un projet car cela apporte de nombreuses spécificités. Ce partage s’opère via la tenue de conférence post-voyages comme celle du Salon des Véhicules de Loisirs qui s’est tenue le 29 septembre dernier au Bourget à Paris (merci à Camp’Us !) ou notre future participation au Salon du Véhicule d’Aventure en avril près de Nantes. Nous pouvons en effet y discuter avec de futurs voyageurs, répondre à leurs questions et pourquoi pas, susciter des vocations. Ce partage s’opérera aussi via le livre que nous sommes en train d’écrire à propos de cette Aventure Educative.

Enfin, le dernier projet sera de rendre hommage aux enfants et à leurs messages, si nombreux et plein d’espoir en l’avenir. Car oui, si nous prenions la peine, nous les adultes, d’écouter les enfants, nous verrions certainement les choses de façon bien moins pessimiste… Comme le dit Antoine de Saint Exupéry dans le Petit Prince : « Les enfants doivent être très indulgents avec les adultes… »


Pour suivre l’aventure EduCarT : Facebook, Instagram et la chaîne Youtube :