Portraits

Être vanlifers : portrait de Luce et PF à bord du Van Migrateur

Être vanlifers

Aujourd’hui nous allons inaugurer une nouvelle rubrique sur le blog : être vanlifers. Que se cache t-il derrière ces mots ? C’est quoi être vanlifers ? Tout simplement une rubrique où vous pourrez retrouver les portraits et destins de personnes qui se sont lancées dans l’aventure du van ou du fourgon aménagé. Pour un tour de France, d’Europe ou du monde, pour de courtes escapades ou pour un long road-trip, partons à la rencontre de ces aventuriers 2.0.

Nous commençons donc avec Luce et Pierre-François (PF pour les intimes !) qui tiennent le blog Le Van Migrateur. Leur crédo ? Voyager, inspirer, partager. A bord de leur van, ils ont déjà exploré l’Espagne, la Croatie ou encore la Norvège. Récits de voyages, Le Van Migrateur donne également de nombreux conseils tant au niveau de la vie de vanlifers qu’au niveau de l’aménagement du van : 5 astuces pour voyager tout le temps, comment travailler à l’étranger, matériel de camping indispensable…

 

Être vanlifers : Le Van Migrateur, le van de toutes les envies

« L’aventure a commencé autour d’un dîner, un soir de février ». Ca pourrait faire un bon début de chanson non ? Mieux qu’une chanson, c’est l’histoire de Luce et PF ! Pour faire connaissance avec eux, n’hésitez pas à lire leur présentation sur leur blog et découvrez-les en interview ci-dessous.

Être vanlifers

© Le Van Migrateur

Vous êtes les heureux propriétaires d’un Renault Master aménagé. Avez-vous apporté des aménagements personnalisés avec le temps ?

Luce : Je l’ai acheté avant qu’on se rencontre avec PF, avec les principaux aménagements (un lit et quelques placards). Suite à notre rencontre et au projet de faire un grand voyage de plusieurs mois, nous avons décidé d’y ajouter l’eau et l’électricité afin d’être totalement indépendants. L’aide d’amis expérimentés dans le domaine nous a été très précieuse pour réaliser tout ça (étant donné que nous n’avons jamais touché un marteau de notre vie).

Comment se passe la vie à 2 (+ un chien !) dans un van ?

Super bien ! Laskar a sa petite chambre à l’avant du van, séparée du reste par la cloison que nous avons décidé de laisser (pour des questions administratives). Dès qu’on serre le frein à main, sa petite tête se relève d’un coup : il sait qu’il va passer la journée à cavaler dans un nouvel endroit. Le soir, il s’endort très vite car les journées sont fatiguantes. Quant à nous, on s’entend vraiment très bien donc on est très souvent synchros sur les envies d’activités : film ou lecture par exemple. Concernant l’organisation et la logistique, on est plutôt complémentaires : Luce salit et PF nettoie !

Voyager avec son animal de compagnie change-t-il le quotidien et l’organisation de tous les jours ? 

Être vanlifers

© Le Van Migrateur

On n’a jamais voyagé en van sans lui, donc on ne pourra peut-être pas être de bons conseils à ce niveau là. On avait très peur avant de partir que ce soit une contrainte (législation, liberté, bonheur du chien, etc.), mais c’est finalement un véritable bonheur. Il suffit d’avoir son passeport européen et tous les vaccins à jour, et tout roule !! Il faut malgré tout bien vérifier la législation d’un pays avant d’y amener un chien. Parfois, ça peut être un peu compliqué…

Que vous apporte la vie de vanlifers ? Est-ce un état d’esprit ?

Au risque de paraître clichés, elle nous apporte liberté, mobilité et autonomie totale. Cette vie nous permet de sortir des sentiers battus, et de faire ce qu’on veut, quand on veut. C’est beaucoup moins contraignant que lorsqu’il faut faire des réservations, ou qu’il y a des contraintes d’horaires. Ça laisse beaucoup de place à l’imprévu, et c’est ça qu’on aime ! Un état d’esprit, oui. Il faut être ouvert d’esprit, très organisé (sans avoir peur de l’imprévu) et surtout faire face aux peurs de notre entourage (concernant le confort, les endroits où dormir, etc.)

On peut voir sur le blog du Van Migrateur les pays que vous avez déjà visités. Vous avez connu pas mal de galères en Espagne. Comment fait-on face aux problèmes mécaniques à l’étranger ?

Je pense que nous allons consacrer un article entier aux problèmes mécaniques à l’étranger, car notre dernier voyage en Espagne s’est transformé en véritable cauchemar. Pour résumer, nous sommes tombés sur un garagiste véreux, qui nous a fait des réparations imaginaires pour un montant de 1 200 euros. Finalement, il avait juste bricolé 2/3 trucs pour que ça puisse tenir le temps du retour ! Notre garagiste en France a du tout reprendre du début pour une facture de … 1 200 euros !! Nous sommes actuellement en pleine procédure judiciaire. Mais nous avons fait une erreur qu’il ne faut jamais faire à l’étranger : ne pas aller dans un garage RENAULT ! Nous apprenons de nos erreurs … Et nous espérons bien que ce problème va vite se régler.

 

Le projet Van Migrateur

Être vanlifersVotre blog est un projet à 6 mains (et 4 pattes !). Comment est née l’idée du blog et qui écrit les articles ?

L’histoire du blog est un peu spéciale. Au départ c’était mon projet (Luce), toute seule (le blog s’appelait Le Monde de Luce). Mon projet démarrait plutôt bien, mais finalement mon cousin (Raphaël, photographe du blog actuel), a eu envie de rejoindre l’aventure. Et comme je ne peux pas lui dire non car je l’adore, et que j’avais super envie de partager ces aventures avec lui, on s’est lancés ensemble en renommant la page Le Van Migrateur. L’idée du nom nous est venu du film qu’on regardait souvent ensemble chez notre grand-mère quand on était petits : l’envolée sauvage. Il parle d’oiseaux migrateurs élevés par une ado passionnée. Quelques mois plus tard, on s’est rendus compte que c’était un peu compliqué de tenir un blog ensemble, car on ne pouvait pas réaliser nos voyages tous les 2. J’ai rencontré PF et 2 mois plus tard nous avons décidé de partir ensemble en van. Nous avons donc pensé que reprendre les rennes du blog tous les 2 était sympa, et Raphaël est tout aussi impliqué car il nous rapporte des photos incroyables de ses aventures en 4×4 !

Vous privilégiez notamment les témoignages d’autres vanlifers notamment sur l’aménagement de leur van. Comment entrez-vous en contact avec eux ?

Nous discutons beaucoup avec la communauté Vanlife sur Instagram. À force d’échanges, il nous arrive de leur demander de nous faire un article, ou ça peut également être le contraire. Nous ne privilégions pas forcément que ce type d’articles, mais nous essayons de faire un mix. On pense qu’on ne peut pas donner de bons conseils si on ne regarde que notre expérience. Chacun est différent, a sa façon unique de voyager, et nous essayons de donner des conseils et astuces variés pour aider les voyageurs en van du mieux qu’on peut !

Aujourd’hui, vivez-vous de votre blog comme certains vanlifers ?

Pas du tout, et ce n’est pas notre objectif premier. Au début, on faisait juste ça pour partager avec la famille et les amis. Puis on s’est rendus compte que c’était un super bon moyen d’entrer en contact avec la communauté. Alors aujourd’hui on s’investit à fond, tout simplement parce que notre communauté nous le rend bien et que c’est ça qui nous motive et nous fait vraiment plaisir ! Ensuite, comme tous les blogueurs, si des propositions de sponsoring en adéquation avec nos valeurs viennent à nous… Qui sommes-nous pour refuser ?!

Vous venez de créer un groupe Facebook pour permettre à tous les vanlifers de communiquer entre eux avec notamment les blogueurs The Travelling Shed. Comment est née cette idée ?

On discutait sur Instagram et Facebook avec plein d’autres vanlifers, mais nous n’avons jamais réussi à trouver un groupe consacré uniquement à ça. Il y a des groupes consacrés à l’aménagement de camion, mais il manquait ce petit côté voyage à chaque fois. Alors on en a parlé avec Marion et Flo, de The Travelling Shed, nous sommes tombés d’accord et nous nous sommes lancés ! Aujourd’hui, on est environ 150 et les échanges sont nombreux ! Ça nous fait vraiment chaud au cœur de voir tous ces échanges pleins de bonne humeur et de bienveillance. Comme quoi, les réseaux n’ont pas que du mauvais !

 

Être vanlifers c’est avoir des projets : un tour du monde pour Luce et PF

Être vanlifers

© Le Van Migrateur

Vous allez vous lancer dans un tour du monde ! Avez-vous déjà un itinéraire de prévu ou partez-vous au feeling ?

On voudrait commencer par le Canada, pour descendre par l’Amérique du Nord jusqu’en Amérique du Sud. Après, on verra ! Nous en sommes encore aux débuts du projet, donc nous allons voir quel pays nous voulons faire, et à quelle saison, pour ensuite coordonner nos envies à un itinéraire sur mesure.

Comment s’organise-t-on financièrement pour un tour du monde ?

Nous en sommes encore à la phase économie et privations ! Alors, on peut déjà dire que pour réaliser ce genre de projet, il faut faire des concessions. On ne peut pas imaginer avoir un train de vie confortable tout en mettant assez de côté pour partir plusieurs années. Nous en parlons dans notre article qui a été partagé sur GEO d’ailleurs : Nos 5 astuces pour voyager tout le temps

J’imagine que vous avez dû économiser depuis un moment. Comment avez-vous fait pour mettre assez d’argent de côté ?

Notre voyage de cet été s’est un peu fait sur un coup de tête. Enfin, PF économisait depuis 1 an déjà pour ce voyage, mais moi ce n’était pas du tout prévu que je parte tout de suite. Je devais d’abord retaper le van, économiser, puis partir faire le tour du monde toute seule. Mais quand PF est arrivé dans ma vie et m’a dit qu’il rêverait qu’on fasse ce voyage ensemble, je me suis mise à faire 3 boulots en même temps pour pouvoir payer le reste de mon école, les aménagements du van et les voyages ! D’ailleurs, on ne remerciera jamais assez nos amis qui nous ont aidé à mettre l’électricité et l’eau en un temps record !

 

Les questions de la fin…

3 mots qui définissent la conception du voyage pour vous ?

Le partage, l’évasion et le bonheur !

Qu’est-ce qui vous manque le plus lorsque vous partez en road-trip ?

Pour PF le fromage, et pour Luce … Les grass mat’ !

Quelle est votre devise ?

Voyage, Voyage plus loin que la nuit et le jour. Dédicasse à Desireless !

 

Retrouvez bientôt une nouvelle interview « Être vanlifers » sur Camp’Us ou redécouvrez le projet EduCarT !